Categories

Search

Face au photocall, où ils posent aux côtés des invités, Clémence Guerrand et Frédéric Chaslin ont pris le temps de nous partager les raisons d’être de MAWOMA et de leur engagement. Extraits sur le vif.

 

D’emblée, Clémence Guerrand, Présidente-Fondatrice de MAWOMA, et Frédéric Chaslin, Président du jury, affirment en chœur : « La musique n’a pas de genre. »

 

Tous deux reconnaissent que même si le métier de chef d’orchestre n’est pas l’apanage du masculin, les femmes en sont encore trop exclues, puisqu’elles représentent à peine 4% sur la scène internationale. « Le mythe du grand Maestro reste gravé dans les esprits », souligne la pianiste Clémence Guerrand. Tant et si bien que les femmes hésitent à se présenter aux concours internationaux, pourtant ouverts aux deux sexes, « pensant qu’elles n’ont aucune chance de gagner », précise Frédéric Chaslin, pianiste et chef d’orchestre.

 

Lorsque nous évoquons l’autorité et la force physique qui seraient nécessaires à la direction d’un orchestre, Frédéric Chaslin balaie ce mythe d’un revers de la main : « J’ai vu des femmes chefs d’orchestre qui ne me convainquaient pas, surjouant justement l’autorité. Personne n’a jamais mis en cause les qualités d’une Nadia Boulanger (célèbre chef d’orchestre du début du XXe siècle) : son pouvoir musical était tel qu’elle subjuguait tout le monde. C’est une question de confiance en soi. »

 

Faire germer cette confiance en soi est au cœur des objectifs de ce premier Concours itinérant exclusivement réservé aux femmes chefs d’orchestre.

 

L’enjeu serait-il d’arriver à la parité ? « Établir des quotas pour augmenter la part des femmes à la direction d’orchestre n’aurait aucun sens, poursuit Clémence Guerrand. Les seuls critères qui vaillent sont le niveau et la qualité. Il s’agit de fédérer. » Fédérer également à travers une dynamique mondiale, afin de faire émerger des modèles féminins sur tous les continents, à même d’inspirer les aspirantes à cette vocation.

 

Être chef d’orchestre, c’est aussi avoir l’art et la manière de manier la psychologie de groupe. Tisser la chimie délicate entre la posture de leader et l’orchestre, au gré de l’humeur du jour. « Le chef d’orchestre doit savoir vaincre l’éventuelle résistance de groupe et lui donner, en douceur, l’envie de le suivre. Cet aspect psychologique est redoutable. Je pense qu’il est pour beaucoup dans cet a priori qui a longtemps eu cours, selon lequel un orchestre ne pourrait accepter de se faire diriger par une femme », analyse Frédéric Chaslin.

 

Là est l’intérêt de ce concours inédit qu’est MAWOMA : abattre ce frein, cette peur. Car, de psychologie, les femmes ne manquent pas.