Categories

Search

Alice Farnham, Debora Waldman, Numa Bischof-Ullmann, Christian Buchmann et Dominique Meyer. Ces cinq personnalités-phares de la musique classique seront à Vienne les 10 et 11 avril, aux côtés d’Elizabeth Askren et Frédéric Chaslin, co-présidents du jury. Ils éliront en chœur la cheffe d’orchestre finaliste du continent européen, lors de cette première étape du concours mondial itinérant MAWOMA.   

 

Diversité, expérience et talent sont trois mots-clés qui ont présidé au choix de l’équipe émérite qui accompagnera les deux chefs d’orchestre, Elisabeth Askren et Frédéric Chaslin, aux manettes du jury MAWOMA pour cette escale européenne. Une brève biographie des cinq protagonistes donne la pleine mesure de la qualité de ce jury.

 

Cheffe d’orchestre britannique, Alice Farnham a été formée au Conservatoire de Saint-Pétersbourg par Ilya Musin. Passionnée par les productions « cross-genre », elle a dirigé l’opéra-danse Carmen Moves et Satyagraha de Philip Glass au Folkoperan de Stockholm. Cheffe invitée prisée aux quatre coins de la planète (Royal Opera House à Londres, Théâtre Manoel à La Valette, Opéra Lyrique de Singapour…), elle a également été conviée à diriger nombre de ballets. Elle jouit d’une notoriété grandissante en Suède, où elle a récemment collaboré notamment avec l’Orchestre de l’Opéra de Malmö. Engagée dans la formation de la jeune génération, elle est la co-fondatrice et Directrice Artistique de Women Conductors avec la Royal Philharmonic Society.

 

 

 

Également cheffe d’orchestre, Debora Waldman, née au Brésil, a fait ses études musicales en Israël, puis à Buenos Aires où elle obtient deux médailles d’or, en direction d’orchestre et composition. En France pour se perfectionner, elle attire l’attention de Kurt Masur. Après trois années aux côtés du Maestro et de l’Orchestre National de France, elle mène une carrière active dans l’Hexagone et à l’étranger.

 

Elle a dirigé l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’Orchestre Académique du Théâtre Colon à Buenos Aires ou encore l’Orchestre National de Colombie, etc. Elle a créé l’Orchestre Idomeneo. L’un des temps forts de sa saison est la création de la Symphonie de Guerre de Charlotte Sohy (dont elle a retrouvé la partition, écrite en 1917) avec l’Orchestre Victor Hugo de Franche-Comté – qui donnera lieu à un documentaire et un livre. Elle a par ailleurs été élue « Talent Chef d’Orchestre » par l’ADAMI.

Numa Bischof Ullmann, Directeur Artistique de l’Orchestre Symphonique de Lucerne, a contribué à en faire l’un des orchestres majeurs en Suisse, avec un rayonnement international. Élevé en Suisse, en France, en Italie, avec de longs séjours en Asie, Afrique du Nord et Amérique latine, il a étudié les langues, la musicologie et le violoncelle, et est diplômé en commerce. Une polyvalence qui lui confère une grande ouverture et un attachement à la création artistique et à sa viabilité, l’amenant à développer une approche entrepreneuriale innovante pour financer les institutions culturelles. Il a créé le festival Zaubersee à Lucerne, dédié à la musique russe.

 

Christian Buchmann est le Directeur Général du Wiener KammerOrchester, l’un des orchestres de chambre les plus réputés au monde. En étroite collaboration avec le chef d’orchestre titulaire Stefan Vladar, Christian Buchmann contribue à faire rayonner cet orchestre de chambre tant en Autriche qu’à l’international, avec de nombreuses représentations de par le monde. L’impressionnante liste des chefs, solistes et chanteurs qui s’y sont produits illustre l’attractivité de cet orchestre : Martha Argerich, Cecilia Bartoli, Hélène Grimaud, Heinz Holliger, Janine Jansen, Kiri Te Kanawa, Patricia Kopatchinskaja, Vasily Petrenko… ou encore Frédéric Chaslin.

 

Directeur du prestigieux Opéra de Vienne (Staatsoper), Dominique Meyer a été le premier non germanique à diriger cet Opéra considéré comme l’un des plus importants au monde, tant au regard de la production que de la popularité. Par le passé, ce temple de la tradition musicale a notamment été dirigé par Gustav Mahler, Richard Strauss et Herbert von Karajan. Chaque saison, le Staatsoper programme une soixantaine d’opéras et de ballets différents pour 350 à 400 représentations. Au-delà du manager avisé – il a dirigé l’Opéra de Paris au moment de l’ouverture de l’Opéra Bastille, l’Opéra de Lausanne, ainsi que le Théâtre des Champs-Élysées – Dominique Meyer est un mélomane passionné, amateur averti d’opéra.